#Me Too

Au nom de ma fille… Je suis mariée à un mec adorable : il a beaucoup de sensibilité et seulement le minimum syndical de machisme requis par la confrérie masculine pour faire partie du club. Mais même ce mec sensible ne voyait aucun problème, aux débuts de nos soirées ensemble, à m’accompagner dans le train de

recoudre le monde

Je viens de finir une mappemonde en tissu pour le lit de mon fils. Et je ne vais pas essayer ici de me la jouer : j’ai vraiment galéré, ça m’a pris du temps et la patience, ce n’est pas mon fort. Et pendant ces longues heures penchées sur un ouvrage, souvent, j’écoute aussi les

le cœur et la raison en politique

Entrepreneur et aspirant auteur vivant en Espagne, et pour être plus précise, dans la Sierra madrilène entre montagnes et plaines d’herbes sèches, je passe l’essentiel de mes journées dans une solitude qu’envierait un ermite hostile à toute forme de civilisation. J’ai deux chats, certes. Mais le plus grand des deux, qui ressemble terriblement à Garfield,

je ne mélange jamais politique et foi

Mon Cher et Tendre, élevé par deux professeurs de collège, a cette tendance naturellement française à mettre la science au pinacle de ce qui est bon, juste et vrai. Ah, ce n’est pas pour rien qu’on a remplacé le petit Jésus par la déesse de la Raison en 1792 et malgré le passage de deux

Et message personnel au propriétaire d’un Husky à Davron.

Au passage, je tiens à féliciter cette personne pour le choix de son compagnon canin : quand j’étais petite et que j’étais tombée en arrêt devant la beauté de cette race, ma mère m’avait dit qu’il faisait trop chaud sous nos climats tempérés pour le bien-être de ce chien.
Mais pour Davron, microclimat humide à tendance glaciaire, un chien de traîneau, c’est parfait ! Et même il faudrait envisager tout de suite à voir plus drastique : en ce qui me concerne, je songe au pingouin, animal habitué à vivre dans l’eau froide.

Église de Davron sous la neige

À quand la fin de ce monde de banquiers ? Part 2.

(suite de la Part 1)

Et donc, avant mon départ pour l’aventure Argentine, j’ai décidé de simplifier ma vie paperassière et de fermer mes comptes, notamment mon compte privé.
Pour ce faire, j’ai arrêté de faire des chèque trois mois à l’avance et j’ai prévenu ceux qui en étaient encore pourvus de ma date de départ. Mais je n’ai pas pointé chaque chèque sur mon livre de comptes. Bizarrement, avec un déménagement intercontinental à organiser, j’avais deux ou trois autres choses sur le feu.
Fatale erreur !
Un chèque étant fatidiquement arrivé après la date de fermeture de mon compte, ma sympathique banque d’alors (Société Générale, pour bien la dénoncer) m’a envoyé une lettre jusqu’à Buenos-Aires, via le travail de mon mari, pour me menacer fort cordialement d’interdit bancaire.

Relation banquier-client

Grosse déception : le playmobil ne peut pas se mettre à genoux ! NI tenir plié en deux sans léger support. Photo réalisée donc sans presque aucun trucage !

Esprit de Noël à la française

Il ne sera pas dit que je serai née en France et que je n’aurai pas chopé deux ou trois défauts de ce pays, fût-ce par osmose.
Certes, je n’en suis pas encore à envoyer les touristes dans la mauvaise direction (souvenez vous du "le parisien, il vaut mieux l’avoir en journal"), si l’on excepte la toute petite fois où, toute fière de me souvenir d’un peu de japonais, j’ai envoyé des ressortissants du pays du soleil levant vers une destination inconnue.
Cela arrive très certainement à tout le monde de confondre la droite et la gauche dans une langue étrangère, ce n’était pas vraiment ma faute…

Joyeux Noël !

Les lecteurs fidèles reconnaîtront le petit acteur !

À quand la fin de ce monde de banquiers ? Part 1.

En ce jour de fin du monde programmée, cher aux adventistes de tout poils, aux scénaristes et aux gourous qui en font leur beurre (les coffres forts suisses étant certainement prévus pour survivre aux chatouilles d’une astéroïde), je comptais vous présenter mon dernier déguisement Maya pour enfant (ou Aztèque, c’est Incasiment la même chose).
Un post de circonstance, donc.

Mais je viens d’être déboutée par Monabanq pour mon ouverture de compte, sur le double motif – oh combien logique – que je ne peux pas présenter de fiches de paie (ben, non, je viens de me déclarer comme indépendant mais j’ai des chèques à déposer) et surtout, que je ne peux pas me faire de chèque de moi à moi. C’est à dire, de moi, d’un autre compte bancaire à moi à Monabanq. Je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer mais chez Monabanq, pour avoir le droit d’ouvrir un compte bancaire, il faut donc déjà en avoir un.

Banquiers

Allégorie à petit budget de la loi des banquiers. Admirez !

Enfin la fin du monde ?

Ce post est définitivement à lire avec la BO de Skyfall en fond sonore : le ciel va t-il enfin nous tomber sur la tête cette année ?

Vous devez sûrement savoir que certaines personnes pensent en effet que les Mayas auraient prévu la fin du monde pour le 21 décembre prochain.
Une météorite présumée et des Mayas, c’est quand même plus sexy et ça fait plus sérieux que Paco Rabanne et un vieux satellite russe déglingué.
On sent qu’on est passé à la vitesse supérieure….

Sculpture bretonne

À défaut de frise Inca, une petite sculpture Bretonne.

Facebook et moi

Quand j’ai annoncé à la maison que je voulais lancer un blog, le Jules a tout de suite dit que "en gros c’était pas tout ça mais qu’il faudrait que je communique sur le sujet".
Et donc que j’ouvre un compte Facebook (et Twitter et Flickr et Potdebeurre, cherchez l’intrus…).
Lui qui y est à priori absolument opposé et voit le truc comme une atteinte à sa vie privée et une justification de sa paranoïa aigüe à tendance "théorie du complot", se vautre maintenant comme tout le monde avec bonheur dans le potin internet : juste, il se connecte avec mon identifiant à moi.

Cerf-volant