En 2011, j’arrête la viande. Part 3.

Recette du Bœuf Bourguignon
Tirée de l’excellent ouvrage :
« Les Basiques, 80 recettes illustrées pas à pas ».
Un livre avec tout plein de photos, très accessible, très précis, idéal pour moi.
Si vous ne le saviez pas déjà, je suis un tout petit peu nonchalante et presque feignante, et j’ai donc simplifié la recette.
Pour suivre les précautions d’usage habituelles, je dois préciser que toute erreur potentielle resterait tout de même à mettre au crédit de l’auteur du bouquin qui m’a inspirée. Non mais.

Ingrédients :
900g de boeuf à braiser : paleron, macreuse, épaule
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
2 oignons
6 carottes
1 cuillerée à soupe de farine
2 gousses d’ail
1 bouquet garni (thym, laurier, persil)
450ml de pinard
(champignons facultatifs)
sel et poivre

Découper la viande (rhaaaaaaaaaaaa, salive, salive, bave, bave, bave) en gros dés.
Faire chauffer l’huile sur feu moyen dans une cocotte ou une grosse casserole avec un couvercle, et faire brunir les morceaux de bœuf.
Pendant ce temps là, épluchez les oignons et découpez les en tronçons, épluchez les aulx (zavez vu comment je maîtrise salement la grammaire ?) et coupez les finement puis épluchez les carottes et découpez les en rondelles.
Si vous arrivez à bien doser le feu d’un côté et la rapidité du découpage de l’autre, c’est très faisable. Mais je vous conseille de garder un œil sur la barbaque (rhaaaaaaaaaaaaaaaa etc…).
Ajouter les oignons et faire mijoter 4-5 minutes.
Ajouter l’ail et les carottes et faire mijoter 2 minutes de plus.
Ajouter la farine, le vin et le bouquet garni. Officiellement, il faut 450ml du divin breuvage dans la cocotte. Mais moi, je couvre bien tout ça : quand on aime on ne compte pas.
Baisser le feu dès que ça frémit.
Vous pouvez maintenant couvrir hermétiquement et mettre au four à 140° pour 2-3 heures (ou laisser mijoter sur feu très bas, mais la préparation s’assèche plus vite).
Deux ou trois heures, ça vous laisse largement le temps d’éplucher et d’émincer vos champignons (je préfère avec) en sirotant ce qui reste de pinard (privilège de cuistot : j’ai toujours vu ma bretonne de mère cuire les galettes en sirotant son cidre).
Les champignons s’ajoutent dans la préparation 30 minutes avant la fin. C’est aussi le bon moment pour saler et poivrer.
Le bourguignon peut se servir avec des pommes de terre bouillies et une petite salade verte (perso, j’aime bien aussi avec du riz).
A noter que ce plat est encore meilleur réchauffé le lendemain ou le surlendemain.

Recette de l’Asado
Le terme « Asado » désigne aussi ici les côtelettes de la vache, la partie la plus savoureuse une fois grillée, mais aussi la moins favorable aux personnes souffrant de cholestérol (ce qui n’était même pas mon cas ! Pourquoi je me fais ça ?).
Si vous vivez en Argentine, vous pouvez commander la base carnée ici.

Ingrédients :
VIANDE et un peu de sel (meilleur si c’est du gros sel)

Faire chauffer une grille en fonte sur le feu (ça marche très bien sur le gaz, ça perd un peu en authenticité mais pas en goût !).

grille en fonte

Y placer la viande et la griller de tous les côtés après l’avoir salée.
La griller longtemps longtemps : en Argentine on mange la viande à point.
La déguster avec du chimichurri (une sauce argentine à tomber avec des épices et des herbes), des frites ou la fameuse « ensalada mixta » d’ici (laitue, oignons, tomates).
Apparemment, le site où j’ai trouvé la recette du chimichurri livre aussi la viande argentine sur Paris. Si vous passez commande, n’hésitez pas à venir témoigner !
Et n’oubliez pas de penser à moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *