Raconte moi une histoire… magique !

Ce blog est pour toi puisque tu es un peu magique ! Et tu vas t’y reconnaître… Tu vas t’y reconnaître si tu aimes lire, que tu réinventes ton quotidien avec ce petit plus de création, d’imagination ou de bonheur. Pas besoin pour cela de chercher la complication. Tu vas t’y retrouver si tu voyages

une carte du monde en tissu

Pour le lit de mon fils, j’ai décidé de coudre une mappemonde sur laquelle il pourra faire naviguer des petits bateaux. Pour ce projet, je me suis inspirée de l’article de blog ici. Je ne suis pas assez patiente pour le patchwork et j’ai donc grandement simplifié la réalisation. Pour autant, je ne te le

#Me Too

Au nom de ma fille… Je suis mariée à un mec adorable : il a beaucoup de sensibilité et seulement le minimum syndical de machisme requis par la confrérie masculine pour faire partie du club. Mais même ce mec sensible ne voyait aucun problème, aux débuts de nos soirées ensemble, à m’accompagner dans le train de

recoudre le monde

Je viens de finir une mappemonde en tissu pour le lit de mon fils. Et je ne vais pas essayer ici de me la jouer : j’ai vraiment galéré, ça m’a pris du temps et la patience, ce n’est pas mon fort. Et pendant ces longues heures penchées sur un ouvrage, souvent, j’écoute aussi les

les coulisses

On vit essentiellement dans un monde d’image. Ouch, et là je plonge direct et sans sommation dans le grand bain de la réflexion profonde. Mais c’est une réflexion unilatéralement partagée : on vit vraiment dans un monde d’image, et ça, tu le sais déjà. Jadis, il était une fois, à l’époque où nous visions dans

un lit gitan pour ma fille

Mon mari et moi sommes en train de travailler sur un lit pour le petit deuxième et je vais en profiter pour vous montrer celui que nous avons fait pour notre fille aînée. Il est d’inspiration gitane. Et j’ai glané certaines des idées dans un de mes livres préférés : « Objets nomades » par Edith Garrault

planter un arbre – Trump forest

  A mon avis, plus on est intelligent ou plus on s’obstine à réfléchir et plus il est difficile de maîtriser une attitude positive. « Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche » a dit Audiard. Et il a bien raison. Car un mec qui réfléchit va se mettre automatiquement à envisager le pire

coming out

J’ai tendance à nous comparer, nous les humains, à un parfum. Je trouve ça plus joli que de dire que nous portons des masques. Car nous en portons, tous, des masques, évidemment : personne ne songerait en société à sortir avec sa vérité toute nue, pas plus qu’il ne s’aviserait à sortir sans vêtements. On