l’enfer est pavé de bonnes intentions

C’est mon estimation de maître Reiki qu’il y a, dans les pays démocratiques, ceux où l’on ne piétine pas l’âme et le cœur sous les bottes, un bon tiers de personnes négatives.

Qu’est ce qui détermine la négativité énergétique ? C’est simple : ce sont des personnes qui ne savent pas bien ou pas du tout aimer, ni générer leur propre énergie et qui dépendent des autres, du pouvoir, du plaisir ou du matériel pour se recharger.
Cela va du simple égoïste, inconscient de son état, gros bébé toujours en demande, piquant des colères, au manipulateur pervers, c’est à dire au psychopathe.

Selon mes estimations, il y aurait donc 10% d’égoïstes en moyenne dans les pays démocratiques, et dans la mesure où ils ne se cachent pas, il est très facile, là, au débotté de penser à quelqu’un de sa famille qui appartient à cette catégorie.
Il y a aussi 10% de psychopathes et 15% de narcissiques.
J’ai lu un bon nombre d’études psychologiques sur les psychopathes et les chiffres des experts concordent sur ce point précis.

Les manipulateurs (narcissiques et pervers narcissiques) sont souvent les plus difficiles à cerner, quand ils ont l’intelligence de porter un bon masque, que leur arrogance ne leur fait pas faire des erreurs stupides et que leur psychose n’est pas arrivée au stade des crises.

Mais imagine deux secondes…

Un bon tiers de personnes négatives, et cette proportion augmente à mesure qu’on grimpe les échelons de l’échelle sociale.

Quand on sait que ces personnes vont préférer être en couple avec une personne empathique qui va les recharger à domicile sans trop d’effort, cela veut dire concrètement qu’une majorité de couples, au moins les deux tiers, est composée d’une personne positive et généreuse et d’une personne négative qui ne songera qu’à prendre. Mais fera parfois cet effort contre-nature, histoire de ne pas décourager sa cible.

Et on dépasse largement cette majorité des deux tiers quand on arrive dans les catégories sociales élevées.
À un certain niveau de notoriété, où j’imagine que les personnes positives sont aussi rares que l’oxygène sur les pentes de l’Himalaya, on en vient à des associations de malfaisants, qui vont marketer leur couple et se nourrir aux détriments des subordonnés, des fans, du public…

J’ai perdu bon nombre d’amis, mon mari aussi, quand la personne célibataire qu’on aimait, s’est fait mettre le grappin dessus par une personne négative.
C’est le mari d’une amie qui ne la laisse plus jamais parler sans la descendre en flèche et en flammes devant nos yeux.
C’est l’ami qui disparaît complètement quand sa femme l’a coupé de tout son entourage.
C’est l’ami, tellement déprimé, qu’il paraît à peine respirer et devient l’ombre de lui-même…
C’est la femme d’un ami que je surprends du regard à donner un violent, rapide et discret coup de phalanges dans l’estomac de sa fille. Que le père croit irrationnellement insupportable.

Encore et encore et encore, je suis le témoin impuissant de bonnes personnes manipulées.

Et le plus frustrant ? Le plus lourd, le plus difficile, le plus triste ? C’est de savoir qu’on ne peut rien dire.
C’est de savoir que notre parole ne vaudrait rien, nous décrédibiliserait instantanément.

Car l’ami(e) empathique qui a choisi une personne négative, en a fait du même coup le centre et le pilier de son existence. Et va choisir de lui trouver des excuses, de lui pardonner, de la justifier, de la croire, et, in fine, de la défendre.

Il le fait déjà.
Dans la moindre des confrontations entre toi et son partenaire, quand toi, tu n’acceptes pas de te faire marcher dessus sans rien dire.
Dans le moindre de tes regards que tu n’as pas assez bien retenu.
Dans le moindre de tes silences qu’il interprète, à raison, comme un reproche inexprimé.

Il y a longtemps, avant, quand j’étais jeune et naïve, j’ai essayé de parler et de sauver des proches d’une relation que je voyais toxique.
Une personne a immédiatement préféré croire que je pétais un câble, l’autre a tout de suite décidé de couper les ponts.
J’y ai appris la nécessité du silence. Qui ronge parfois les entrailles comme ce renard sous la tunique de l’enfant spartiate.

L’enfer est pavé de bonnes intentions.
Car toutes ces personnes de cœur, qui ont choisi de comprendre – ce que je fais aussi -, et de pardonner – ce que je recommande – vont plus loin : elles acceptent et justifient.
Tout ou presque.

Le compromis n’est possible qu’entre deux personnes ou deux pays de même puissance et de bonnes intentions.
Crois-tu vraiment qu’un bon compromis entre Hong-Kong et la Chine soit possible ?
Sans l’intervention d’autres puissances ?

Quand l’autre est de mauvaise foi, et qu’il ne lâchera certains points que pour mieux te tenir, les compromis, c’est toi qui vas les faire. Presque tout le temps et pour le plus important.
Et tu vas de facto devenir complice. Aux détriments de tes proches, de toi-même mais surtout de tes enfants, quand il y en a, qui risquent du même coup de se couper de leurs émotions et de rentrer dans un schéma de manipulation pour défendre leur peau.

C’est pour eux que mon silence est le plus douloureux. Quand je les vois se débattre sous l’intention toxique de l’un des parents et le regard complice de l’autre.
Horrible cercle vicieux.

Toi qui me lis, si tu es une personne empathique, il faut que tu le saches : sans toutes ces bonnes personnes complices, sans toi, sans moi, le manipulateur n’aurait plus aucun pouvoir.
Et il le sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *