Doute à Davron, avant l’explication.

Il m’est avis que l’UMP, question usage d’adresses mail privées, avec "privées" comme dans "personnelles et non publiques", se pose un peu là.

Ayant en effet communiqué mon adresse mail au consulat de Buenos-Aires dans le but implicite d’être facilement joignable en cas de rapatriement d’urgence pour cause de dictature subite, tremblement de terre chilien ou grippe colombienne, me voilà apparemment automatiquement considérée comme électrice en puissance de Monsieur Sarkozy et abreuvée de mails sur la France tranquille ou la Force en campagne.
À moins que ce ne soit sur la Force tranquille de la France en campagne, j’ai comme un trou de mémoire.

Sea, sky and clouds (c) by Tattoed JJ http://www.flickr.com/photos/tattoodjay/4678309738/

Y aurait-il une statistique comme quoi les expatriés ou ex-expatriés voteraient à droite ?

En tout cas, en ce qui me concerne, n’ayant pas été volontaire pour recevoir l’argumentaire, je me suis donc empressée de cliquer sur le bouton qui permet la désinscription.
Et quelle ne fut donc pas ma surprise de recevoir un nouveau mail la semaine suivante !

Je me reporte donc à nouveau aux caractères en fin de texte, ceux dont la taille – minuscule – est sensée exclure les hypermétropes de la possibilité de se désister dans l’hypothèse où ils auraient égaré leurs lunettes.
Et quelle ne fût pas ma surprise de constater qu’en fait il y avait plusieurs possibilités de désinscription ! Je n’avais pas pris le temps de le remarquer la première fois.
Ni même envisagé, en fait.

Voulais-je me désinscrire de la liste du candidat Nicolas ou de la liste de l’UMP dans son ensemble ?
C’est vrai qu’il vaut mieux être vigilant sur les détails. J’aurais pu honnir l’un mais chérir l’autre, songeons à être précis.

Et c’est vrai aussi que mon inconscient perfide m’a murmuré que cela ressemblait fort à une légère tactique pour tenter de vous décourager. Et que d’autres devraient y penser.
Je vois bien par exemple une marque de vêtements vous demander en fin de message de promo saisonnière si vous voulez vous désinscrire de leur lettre d’info sur les vêtements en général ? Ou seulement pour les gammes dédiées aux petites filles ? À moins que vous ne soyez allergique à la nouvelle saison Été ? Ou seulement aux soldes ?
Click click et reclick ?
Et si, à chaque fois, pour accéder au bon bouton, vous devez passer par dessus un encart vous proposant de vous inscrire à la newsletter, celle là même que vous recevez déjà et dont vous chercher à vous défaire (une confusion est toujours possible), voilà un désistement qui pourrait finir par vous prendre un peu temps. Et si, dans la précipitation, vous vous réinscrivez par erreur, allez vous recevoir la lettre deux fois ? Avec chaque fois deux désinscriptions possibles ? Ça devient compliqué.

Comme quoi on peut toujours faire confiance à un politique pour s’en tenir à la lettre de la loi, sinon à l’esprit.
Et que je viens du même coup avec ce petit post de rétablir ma neutralité politique (1 partout, balle au centre), ce dont ma correspondance quasi effrénée avec Monsieur Douillet aurait pu m’éloigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *