Royal !

Il aurait fallu être partie depuis un certain temps pour un voyage inter-galactique ou ne jamais aller chez le coiffeur pour ne pas savoir que Kate a récemment épousé William.
Je ne vous ferai donc pas l’affront de préciser les noms de famille.

En ce qui me concerne, j’ai passé devant l’écran, vendredi dernier, le même nombre d’heures qu’il y a à peu près trente ans devant Diana et Charles.
Je ne précise toujours pas les patronymes…

C’est à dire qu’à part quelques brèves pauses pour aller me chercher des madeleines au distributeur de l’appart hôtel pour mon petit dej (je suis de retour de l’étranger et la case appart hôtel est un classique du genre), me faire chauffer un bol de soupe (j’ai quand même pris le temps de mettre ma soupe dans un bol, tout n’est pas perdu !), retourner au distributeur me chercher un coca (je gagne, je joue) et évacuer le trop plein de liquides d’une façon que la décence et les bonnes mœurs m’interdisent de préciser (shocking !), je n’ai pas décollé mon attention de l’écran, de peur de perdre une bribe des inévaluables informations du tandem Bern (Stéphane) et Drucker (Marie, nièce de Michel)…

Horse Guards Parade 4 (c) by josullivan 59 http://www.flickr.com/photos/97373666@N00/4046605902/

Et pour ceux d’entre vous qui ont raté l’évènement du siècle pour cause de frivolités dans le genre travail (le congé pour mariage royal n’étant hélas pas encore prévu en France), je tiens à rapporter ici une anecdote essentielle : les grands bonnets noirs en poil d’ours (rigoureusement morts de vieillesse pour l’occasion ou à l’extrême limite tués par un chasseur dont le but ultime n’aurait PAS été de fournir la couronne) de la garde royale de Buckingham sont une invention française.
Encore une qui va passer à l’as au même titre que la musique de "Comme d’habitude" de cloclo et la mise au point de la cassette vidéo (époque pré DVD, quasi le déluge).

Des soldats de l’Empire Britanniques (notez les majuscules) ayant ramené quelques souvenirs de nos riantes contrées ou des mornes plaines de Belgique suites à leurs victoires (et ipso facto nos défaites), certains avaient choisi comme futures décoration de cheminée, à côté du petit cadre "home sweet home", ces jolis bonnets noirs qui avaient été le couvre-chef de certains soldats de feu Napoléon le premier (régiment à préciser…).
Et la mode a donc pris au sein des gardes de sa très gracieuse majesté de décrocher le truc du mur ou du placard pour se le mettre sur la tête.
Bien entendu, rien n’interdit de penser que nos braves troufions n’ont jamais eu l’idée saugrenue de se servir des chapeaux en poil de nounours comme objet de décoration : en ce qui concerne ce détail, c’est pure hypothèse de ma part, férue que je suis de Marie-Claire Déco. Mais pour le reste, c’est bien évidemment historique : ne doutons pas de Stéphane Bern.

Il faut dire que la mode sous Napoléon 1er était quand même sacrément sexy pour les hommes. Tous ces grands et beaux mecs, rompus aux sports équestres et moulés dans leurs pantalons couleur crème ! Ces grandes bottes en cuir et ces vestes cintrées magnifiant les épaules !
Quel dommage, à mon avis, que nos amis d’outre Manche s’en soient tenus à la partie la moins intéressante (voire la plus ridicule) des soldats de la célèbre Grande Armée sinon je serais allée une peu plus souvent assister à la relève de la garde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *