Le poulet bourguignon

J’adore préparer des plats mijotés (une fois qu’on a épluché deux ou trois trucs, on ajoute de quoi donner du goût et ça se cuisine tout seul), mais comme j’ai arrêté le bœuf, je dois me rabattre sur le poulet.

Je vous donne donc ici ma dernière recette de cuisine : le poulet bourguignon.
Puisqu’elle est essentiellement à base d’ingrédients Picard, je pense que je vais la leur envoyer : je crois que s’ils décident de la publier, je pourrais gagner un bon d’achat.
Ma vie est décidément une suite de défis palpitants.

Casserole

Comme je n’ai pas eu le réflexe de prendre le plat en photo, voilà au moins une image de l’outil nécessaire à sa réalisation.

Ingrédients (pour deux personnes dont un gros) :
– une lichette d’huile d’olive
– une pichenette de sel
– 1 oignon
2 cuisses de poulet surgelées Piiiiiiiiiiiiiicard
– eau du robinet à satiété
– bouillon de légume en cube
– une bouteille de vin (ce que vous n’utiliserez pas dans la recette, vous le boirez à table)
carottes bio tranchées Picard
– pommes de terre
1 sachet de mélange de champignons cuisinés Picard
persil et thym Picard
– laurier

Vous faites rissoler votre oignon dans l’huile et une grande casserole (à défaut de cocotte). Il y a des oignons prédécoupés chez Picard, mais en l’occurrence, j’ai mis un oignon frais. Vous aurez pris soin de mettre du sel sur l’oignon : c’est un truc de cuisinier pour faire suer le légume qui a sinon la tendance perverse et malveillante d’attacher à la poêle. Et j’ai chez moi des poêles sans téflon, respectueuses de l’environnement et des ours blancs.
A propos du téflon, moi qui râlais dans un de mes récents posts sur son usage encore extensif, je viens de lire un article dans Marie Claire Maison sur l’arrivée des nouveaux matériaux antiadhésifs et non polluants (numéro de novembre 2011, page 180).
Bienvenue donc à la céramique, à la pierre broyée, au fond alvéolé ou à la poudre de diamant, bien plus chics en cuisine. Une idée de dernière minute pour Noël ?
Les banquiers attaquent maintenant la politique et se font élire en Grèce et en Italie, mais on peut au moins acheter une bonne casserole. L’avenir s’éclaircit.

Et pour revenir à notre bourguignon, une fois que vous aurez fait un peu dorer votre oignon, vous pouvez rajouter vos cuisses de poulet surgelées. Que vous pourrez dorer à votre convenance. Le Jules, par exemple, aime son poulet surcuit : il veut être sûr de ne pas entendre l’oiseau chanter dans son assiette.
Avant que vos ingrédients ne brûlent, ce qui serait contreproductif, ajoutez de l’eau bouillante avec un cube de bouillon de légumes et la moitié, voire les trois-quart d’une bouteille de vin (tout dépend de votre consommation du breuvage à table, en ce qui me concerne et en l’occasion, j’ai mis un vin qui a mal supporté la chaleur Argentine et je n’ai eu aucun état d’âme à le verser en quantité) : l’ensemble liquide doit couvrir les éléments solides.
Ajoutez vos carottes et vos pommes de terre au fur et à mesure de leur épluchage.
Du persil, du thym (Picard, Picard), et trois feuilles de laurier. Maintenant que j’y pense, des ingrédients Picards pour une recette Bourguignonne, voilà une recette bien de chez nous.

Montez à ébullition puis descendez à feu doux pour que votre préparation bouillonne gentiment. Quand vous en avez envie, la cuisine est aussi affaire d’inspiration, vous pouvez ajouter le paquet de champignons.
En tout, comptez sur une pleine heure de cuisson pour cette première partie que vous aurez réalisée de préférence la veille.
Mettez un couvercle sur la casserole et mettez l’ensemble au réfrigérateur quand la température de l’ustensile vous le permet.
Le lendemain, vous remettez à nouveau à ébullition puis rebaissez à feu doux avant de laisser bouillonner gentiment une autre heure. L’avantage de cette recette, c’est donc également qu’elle vous permet de manger généreusement le midi sans mettre en péril votre grasse matinée.

Et je vous conseille d’accompagner ce plat avec une bonne petite salade verte.
Bon appétit !
(bien sûr)

4 réponses sur “ Le poulet bourguignon ”
  1. Sympa ce blog, humour !
    J’aime la photo de la casserole ayant servi à faire ton poulet bourguignon! Je suis sure que le plat devait etre délicieux, je le vois dans cette casserole ;)), …. mijotant, avec une bonne odeur qui arrive jusqu’à moi !!! hummmm

  2. Les outils c’est sympa, on en voit assez peu dans les blogs cuisine. Et puis prendre un plat en photo c’est un vrai travail.
    Excellente fin de semaine

  3. @seb : J’ai eu la chance une fois d’assister une styliste publicitaire sur un shooting pour des produits alimentaires. Au final, à force d’ajouter des substances bizarres pour que le plat rende bien en photo, il n’avait plus rien de naturel ! Toute une technique ! Et de la patience pour les détails (je me revois encore crever les bulles d’une crème anglaise une à une…).

    En plus , le matos photographique était impressionnant : on se serait cru dans une salle d’op’, avec une toute petite "crème"  perdue au milieu.

    Très intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *