Reiki

J’ai été formée au Reiki en Argentine et j’ai envie de vous en parler un petit peu.

Avant de commencer, une précaution d’usage s’impose : il faut savoir (dixit mon maître en Reiki) que 99% de ce que l’on peut trouver à lire sur le sujet sont au choix des idioties ou des escroqueries.

Je laisse donc à votre sagacité le soin de décider si cette modeste parution appartient aux 99% des inepties ou au petit 1% des écrits intéressants…

Le Reiki, qui a été fondé, développé puis préservé par trois maîtres japonais (dont une femme, YEEEEEES !), est une méthode pour canaliser les énergies dans le but de soigner.
Oui, parce que les énergies, notamment électriques et électromagnétiques, sont aussi présentes autour de nous que l’oxygène qu’on respire (zavez jamais vu un orage ?).
La science, depuis la découverte de l’atome, nous l’a, de fait, amplement prouvé : la matière n’est pas bêtement brute, elle est constituée d’éléments reliés par de l’énergie (protons, électrons et autres bidules-à-trons…). Et pour ceux qui aiment la poésie de la physique quantique, un petit extrait de Wikipedia sur l’atome (mon mec se détend en écrivant des programmes informatiques et ma sœur s’éclate avec des énigmes mathématiques, alors je suis habituée à ce que les autres ne s’amusent pas comme moi…) : "Les électrons occupent des orbitales atomiques en interaction avec le noyau via la force électromagnétique, tandis que les nucléons sont maintenus ensemble au sein du noyau par la liaison nucléaire, qui est une manifestation de l’interaction nucléaire forte."
Bref, faut pas croire que ce qu’on voit et la science a un tout petit peu évolué depuis Euclide…

Et j’imagine qu’il y a quelques centaines d’années, le premier citoyen du royaume de France venu, confronté à l’électricité, ou pire à la télévision, aurait dit un truc du style : « Houlà magie ! ». Voire, au temps "béni" de l’Inquisition : "Houlà, sorcellerie diabolique ! Brûlons fissa cet appareil carré qui montre des images de fornication aquatique" (subtile référence à l’émission "le Loft"…).
Mais maintenant que la science explique la télé, plus personne ne s’étonne. Et très (trop ?) peu de personnes souhaitent encore la brûler…
Ce qui sous-tend la science, c’est donc bien qu’elle est en constante évolution : que celui qui pense différemment jette tout de suite la première pierre au CNRS (qui n’a pas besoin de ça, le pauvre !).
Et donc que ce qu’elle n’est pas encore démontré par des formules (ipso facto, le Reiki), n’est pas nécessairement et automatiquement dénié du droit d’exister.

Surtout quand elle a déjà prouvé un certain nombre de choses qui en corroborent les principes (j’ai déjà parlé de l’atome).
Surtout quand c’est utilisé depuis des millénaires, par diverses civilisations, sous des noms différents.
Et d’ailleurs, personnellement, je suis bien plus étonnée par internet, le fax, le téléphone mobile ou tout autre objet communiquant à distance, que par l’idée toute simple qu’on peut soigner avec les mains en utilisant l’énergie qui nous entoure.

Attention, je ne renie pas la médecine moderne, je suis née dedans (papa médecin, maman infirmière). Et je bénis tous les jours le génial inventeur de la péridurale (maintenant que j’y pense, je devrais même lui dédier un petit autel dans un coin de mon salon…). Mais je connais justement suffisamment bien la médecine pour en connaître les limites et les effets secondaires.
En prenant la métaphore de la guerre (ce qu’est la maladie, après tout), je dirais que le Reiki y tiendrait le rôle de la diplomatie, et la médecine classique celui du canon, du tank ou de tout autre armement contondant.
Le Reiki s’utilise en prévention, ou pour abréger les hostilités, ou pour accompagner les combats. Parfois il peut même tout terminer sans l’usage de la force.
Mais quand le conflit est inévitable, mieux vaut utiliser du lourd et envoyer les GIs et Sylvester Stallone : rôle admirablement tenu par les médecins en blouse blanche.
Si vous voulez mon avis, ils sont d’ailleurs bien plus sexys depuis qu’ils ont abandonné le moyenâgeux chapeau pointu.
Rappelez-moi de vous parler un jour de l’anesthésiste qui m’a fait la péridurale pour mon petit second… Un concentré de charme sud-américain. Une friandise !
Enfin bref.

Le petit problème du Reiki, le léger problème du Reiki, c’est qu’avant de guérir les autres il faut se guérir soi-même.
« De l’intérieur vers l’extérieur » nous a martelé notre instructeur.

Et que je devais pas être super "clean" à la base, parce que suite à ma formation quelque peu intense, j’ai un tout petit peu dégueulé pendant deux jours.
Ce qui m’a rappelé l’excellent bouquin de Corine Sombrun (Journal d’une apprentie chamane).
Sauf que elle, elle vomissait dans les buissons amazonien. Moi, c’est dans mes chiottes argentines, un tout petit peu moins exotique.
Mais cela vous expliquera pourquoi la semaine dernière, je me suis contentée de mettre en pages des articles déjà parus par ailleurs : je n’étais pas assez en forme pour rester plus d’une heure devant l’écran (trop éloigné des toilettes…).
Conseil logistique : il vaut mieux se former au Reiki quand on n’a pas d’enfant.
Comme ce n’est pas mon cas, mon mec a dû rentrer très tôt du boulot pendant cette fameuse semaine, pour s’occuper des enfants en leur expliquant que « chuuuuuut, on reste sage pendant que maman vomit. »
L’avantage certain, c’est qu’à force de nausées et de vomissements (de sueur et de tremblements !), je crois que j’ai perdu une grande part des rondeurs de ma dernière grossesse. On se motive comme on peut…

Bref, apprendre le Reiki, faut le vouloir.
Et en toute honnêteté, il est sans doute préférable de ne pas savoir ce qui vous attend. Ce qui était mon cas.

L’avantage, en revanche, c’est que j’ai guéri en deux fois cinq minutes d’imposition des mains, une plaie purulente que mon mec avait au genou depuis une semaine sans parvenir à s’en défaire.
Et que je l’ai libéré en dix minutes d’une migraine.
Je précise que je suis la blonde de mon mec pour tout ce qui concerne l’informatique. Genre ‘"regarde, ma femme utilise Linux, c’est vous dire si c’est facile". Et qu’il est mon témoin impartial pour tout ce que je fais d’un peu "hors normes" (à défaut d’autre appellation plus idoine) : il est Parpaillot, athée, cynique et crypto-communiste.
Alors quand il est troublé, voire convaincu, ça me prouve que je me fais pas que des illusions.

A vrai dire, à force de vivre avec moi, il est de moins en moins parpaillot ou athée et il faudra peut-être que je songe à quelqu’un d’autre comme témoin…

6 réponses sur “ Reiki ”
  1. Suite à ton autre post, voilà une idée de job ! Et je veux bien être le cobaye (allez, pour moi, tu me fais la séance à 80 pesos ?). Que la force soit avec toi !

  2. Oui ! Je suis d’accord ! Me lancer dans le reiki, c’est une possibilité…
    En tout cas, mon mec arrête pas de m’en réclamer !

  3. salut !!!
    je pars pour l’argentine en janvier 2012 avec ma copine, et j’aimerais bien savoir ou vous avez reçu cette formation en argentine !!!
    encore merci pour l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *