Paris je t’aime

Paris se déploie en colimaçon autour de la Seine.
Et on peut y bondir d’arrondissement en arrondissement comme sur une marelle…

1, 2, 3…

J’ai vécu dans le troisième !
Dans un immeuble à toit de champignon près de Beaubourg.
J’y dormais la nuit et je travaillais dans une maison de Couture le jour.

3, 4, 5…

Ah, le cinquième, la rue Mouffetard et ses bars d’étudiants.
Comme je ne travaillais plus, je me nourrissais de crêpes chocolat/bananes presque exclusivement :
C’est pas cher, c’est super bon et c’est nourrissant !

6, 7, 8…

Le huitième : les Champs Élysées et le Virgin Méga Store d’alors.
Les Grands Couturiers, Chanel, Saint-Laurent et Dior.
J’y ai habité aussi, veinarde que je suis !

9, 10, 11…

Je n’y ai pas dormi.
Mais je vous connais bien, Gare Saint-Lazare et Grands Magasins.
Un saut de puce un peu plus bas et vous voilà devant l’Opéra.

12, 13, 14, 15, 16…

Le seizième arrondissement, c’est très chic,
Et très cher, c’est le hic : le studio où j’ai habité était tellement petit,
Qu’avant de déplier la chaise, il fallait replier le lit.

Le 17ème

Où fauchée comme les blés, j’ai habité une chambre au bout du couloir,
Où je t’ai rencontré,
Où je t’ai, pour la première fois, embrassé !

Et c’est dans le 18ème qu’on a finalement choisi de s’installer.

Dix-huitième, mon arrondissement le plus précieux, sans hésiter.
Où est venue s’ajouter notre fille, grand moment de bonheur.
Dix-huitième, arrondissement de Montmartre et du Sacré-cœur.

Et si je ne vous connais pas, ou si peu, 19ème et 20ème, je vous aime aussi.
En ces jours de tristesse et de choc, je vous aime tous d’un amour infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *