Bilan des hostilités

C’est à dire, bilan d’une petite semaine de vacances en famille qui n’ait été ni à la mer, ni à la neige ni au Club Med (quand je pense qu’à une époque, je trouvais que le Club Med, c’était ringard et sans intérêt…) :

– 50% de malades à l’arrivée (dont ma pomme)

– un glacier

Perito Moreno

– une montagne

Fitz Roy

– 5000 pingouins

Pingouin de la Terre de Feu

– 3 000 000 photos (dont 2 999 800 avec pingouins)

– 150 loups de mer

Loup de mer de Terre de Feu

– 3 beignes (partagées équitablement et familialement)

– une morsure (et ma fille a de bonnes dents)

– une camionnette torchée au vomi

– 4 atterrissages et autant de décollages.

– un virage sur l’aile (100% de ciel dans les hublots de droite, 100% de mer dans les hublots de gauche, les cris étouffés des passagers entre les deux). Pour moi, c’est de plus en plus clair que les pilotes Argentins n’ont pas appris à conduire chez Air France (et je peux en parler, j’ai fait le stage Air France pour psychotés de l’aileron)…

Austral

– une dizaine de griffures faites par le bébé sur les épaules de mon jules pendant les vols (vous connaissez le bébé dans les « Indestructibles », supra mignon, tout rond à croquer 90% du temps mais atomique les 10% restant ? Et bien, c’est tout le nôtre. À une Américaine qui ne voulait pas nous croire, mon mec s’est contenté de lui montrer ses blessures de guerre. No comment.)

– une dizaine de jours minimum pour s’en remettre (évaluation actuelle, compte tenu des troubles gastriques du bébé et du fait qu’il refuse de manger autre chose que de la compote de pommes)

– une voiture ruinée par les inondations à Buenos Aires pendant notre absence.

– et un adage…
DES VACANCES DE TOUT REPOS, DES VACANCES EN SOLO !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *