J’aimerais bien être un mec.

Eux, au moins, ils n’ont pas l’air de se prendre la tête.
Je le vois déjà chez mon fils de 8 mois, baveux et heureux de vivre : il se chope les pieds, se tripote les couilles, essaie de me coincer les lolos et râle quand, dans l’ordre, son biberon, sa couche ou son câlin tardent.
Je vois bien que le petit enfoiré saurait très bien tenir son biberon tout seul (sa sœur, au même âge, elle le tenait très bien toute seule) mais qu’il ne voit pas pourquoi il se fatiguerait les muscles alors qu’une femme peut le faire pour lui.

Loup (c) Robert Dewar cc-by http://www.flickr.com/photos/fremlin/2384478345

Tout son père.
Lui aussi, quand il décide enfin, vivante image de la virile intention, de maltraiter quelques planches, il m’appelle en beuglant pour que je lui tende les clous par dessus l’épaule. Voire que je lui éponge le front. Qu’il a vaste mais mal tempéré.
Non, les mecs se prennent décidément pas la tête.

Aussi quand le mien me dit « et pourquoi t’écris pas ? », il n’imagine pas l’angoisse de la page blanche. J’écris bien la liste des courses, pourquoi je pondrais pas un roman ?
Un stylo c’est un stylo, une feuille, c’est une feuille.

Pour ne pas le décevoir, je vais donc m’attaquer à un blog.
Tout le monde le fait, pourquoi pas moi ? Oui, je sais, c’est assez modeste comme intention, mais je vais pas commencer à me mettre la pression en envisageant le Goncourt, ça me prendrait définitivement la tête…
Si le Goncourt vient plus tard, on verra bien comment gérer les retours presse.
Chaque chose en son temps.

Bref.
Comme titre, j’avais donc songé à « journal d’une angoissée ». Assez descriptif de ma pomme. Parce que question "zen attitude", je suis plutôt aux antipodes des mecs en général et du mien en particulier.
Mais en même temps, ça fait pas très positif, et on ne sait jamais, l’espoir et la thérapie faisant vivre (surtout les psys…), je pourrais toujours évoluer en sérénité.
En dépit des efforts conjoints de mes enfants – mon fils me prenant pour une assistante es popo (voir plus haut) et ma fille pour un défouloir à décibel (bel avenir de diva, tempérament inclus) – et de mon mari.
Parce que oui, quand un mec a décidé de tout prendre à la cool, il faut bien que quelqu’un s’occupe des détails matériels. On sait ce que « l’intendance suivra » a coûté à Napoléon pendant la campagne de Russie…

Mais je m’égare.
Je vais donc faire un blog. Et je l’appelle Lila et le Loup.

Lilas (c) AriCee cc by-nc-sa http://www.flickr.com/photos/aricee/149218259

Lila, comme le second prénom de ma fille et Loup comme le troisième de mon fils.
De un, parce qu’il y a déjà eu des précédents et que Paul&Joe, ça a plutôt souri à sa fondatrice.
Et de deux, parce qu’après toutes leurs maladies infantiles que je me colle sur une base hebdomadaire, il serait quand même bon que les prunelles de me yeux me renvoient un peu l’ascenseur.

Je vais donc faire un blog et tant pis pour les rares qui le lisent. Mes pensées émues et compatissantes vont notamment à ma famille, peut-être mes seuls lecteurs réellement appréciatifs, voire mes seuls lecteurs tout court.
Et l’objet de ce blog sera : faire quelque chose de ma vie – qui a dit enfin ?? – , que ce soit un roman, une liste de recettes de cuisine, ou un sac à mains.

Un an, un projet.
1er décembre 2010 – 1er décembre 2011.
C’est parti…

12 réponses sur “ J’aimerais bien être un mec. ”
  1. Très bon premier papier… d’autant plus que je ne passe (encore) à la moulinette !

    Une lectrice acquise pour 1 an (attention, faut pas décevoir…)

  2. Ouh… un an, un projet… mais tu nous la joues Julie et Julia 😉 Gare au plagiat….Heu… ça c’etait juste pour aiguiser ton sens de l’humour, pas pour que tu me détestes, comme ça, en un rien de temps… juste parce que je le vaux bien ;-).
    Continue ce joli projet, je sens qu’à la suite de mon podcast matinal (revue de presque de N. Canteloup), j’enchaînerai avec le billet d’humeur de Dame Fred :-). A demain alors ! Et bravo !

  3. ça commence fort !! je n’étais pas au courant, mais, rien qu’à l’annonce laconique "blog" … je m’en doutais, et j’avais déjà l’eau à la bouche de te lire ! Génial, tu vas certainement nous apporter de quoi étayer les débats entre mars et vénus !! biz

  4. Nous venons de nous régaler à lire ta prose, avec mon mec à moi… un peu aux antipodes de ce que tu décris du tien! En revanche, notre dernière a dû piquer un chromosome Y quelque part: elle non plus ne juge pas utile de tenir son biberon toute seule… Comme quoi, y’a pas que les mecs qui sont des flemouzes!
    Gros bisous, et on attend la suite, surtout Bruno visiblement!

  5. @Upie : merci p’tite soeur pour ce premier super commentaire. Qui, je l’espère, me sauve – du moins provisoirement – de la menace de mon jules d’écrire "vas-y ma chérie je te souhaite beaucoup de succès avec ton blog, je t’aime" (yeeeeeeeeeeeeeek !).
    Tu sais que je t’adoooooooooore et que tu n’as AUCUN défaut 😉

  6. @IAG : Mâdâme, cela ne s’appelle pas du plagiat mais de la saine inspiration. D’abord parce que môa, je n’ai pas l’intention de massacrer un homard (déjà que je tournais de l’oeil devant Maïté !) et ensuite parce qu’en dépit de mes rodomontades je ne sais pas encore vraiment si j’ai l’intention de travailler : ça fatigue !
    Ceci dit, je serais biiin contente si mon modeste projet avait le même succès que le blog de cette célèbre américaine.
    Biiin étonnée mais biiin contente.
    Merci d’avoir remarqué la glorieuse référence !

  7. Si c’est pour voir ton mari s’en prendre plein la figure à longueur de billets, je sens que je vais revenir souvent fréquenter ton blog !

    D’abord, c’est lui qui m’a invité !

    Bon courage, bravo pour l’initiative et à bientôt !

  8. Le ton est promettteur. Ton humour va déchirer et ta jolie plume fluide et percutante va réchauffer nos soirées. Tu viens de gagner une fidèle lectrice. Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *