StarBock

Starbucks semble avoir lancé une offensive massive sur Buenos Aires : déjà 30 cafés de la marque aujourd’hui et 60 l’année prochaine.

Star Bock

Et j’en profite pour noter que chez Starbucks, vous pouvez acheter vos chopines en céramique avec la noble intention de consommer moins de carton.
Ça a donc grandement soulagé mon mec de pouvoir nous offrir un bock à chacun…

Touche pas aux Malouines !

« Les îles Malouines (Falkland Islands en anglais, Islas Malvinas en espagnol) sont un archipel de l’Atlantique Sud situé à 480 km des côtes de l’Argentine et à 940 km du nord de l’Antarctique. Elles forment un Territoire britannique d’outre-mer (Overseas Territory of the Falkland Islands). Elles sont revendiquées par l’Argentine et ont été l’enjeu d’un affrontement militaire — la guerre des Malouines — entre les deux pays en 1982. »

Source Wikipedia.

Islas Malvinas (c) Douglas Fernandes cc-by http://www.flickr.com/photos/thejourney1972/2384698142/

Coucou les Malouines !

Journal d’une trouillarde

Allez zou, un petit dernier sur l’avion avant de tourner la page et de vous montrer quelques photos bien méritées d’Iguazu…

petit navion

Pas rancunière, j’ai acheté un petit navion pour mon fils de 9 mois.

A chaque fois que je me retrouve sur la passerelle d’un avion, je me pose la même question : « Pourquoi je me fais ça  ? ».
Et la réponse est simple : parce que la vie est courte et mérite d’être vécue à fond quand on le peut.

« Je veux un amour qui vole »

Titre choisi en hommage à la chanson de Véronique Jannot (paroles et musique des incontournables Voulzy et Souchon), au son de laquelle j’ai écrit ce post.
Les amateurs – et je sais qu’ils sont nombreux ! – peuvent se faire une petite cure nostalgie ici :

http://www.youtube.com/watch?v=embdCXhTbM8

Ou mieux, l’écouter en lisant la suite !
Ambiance musicale et tout et tout : qui dira que je ne soigne pas mes quelques lecteurs aux petits oignons ?
(à noter au passage, que perso, c’est pas l’aviateur moustachu que j’aurais choisi)

Lire la suite

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. »

me disait mon mari hier soir devant une picada (apéro argentin avec du fromage, du saucisson, des cahuètes, des olives… Bref, apéro).

Citer le grand Michel Audiard, c’est toujours un peu osé, mais il faut dire à la décharge de mon jules qu’il avait déjà un peu abusé du litre de bière qu’il essayait de me faire boire, à moi, sous le double prétexte fallacieux que j’avais passé une mauvaise journée et que je suis plus câline quand j’ai un coup dans le nez. Le sournois !

Quilmes

Attentionl’abusd’alcoolestdangereuxpourlasantéàconsommer… avecmodération.