les coulisses

On vit essentiellement dans un monde d’image. Ouch, et là je plonge direct et sans sommation dans le grand bain de la réflexion profonde. Mais c’est une réflexion unilatéralement partagée : on vit vraiment dans un monde d’image, et ça, tu le sais déjà. Jadis, il était une fois, à l’époque où nous visions dans

de retour…

Quand j’ai commencé à écrire ce blog en Argentine, j’avais envie de partager ma vie d’expatriée. Quand je suis revenue en France, j’ai eu à cœur de continuer ce projet pour partager les expériences de mon retour et aussi, soyons honnêtes, pour trouver un moyen d’en rire et d’y survivre. Car je me souviens encore

Une heure de soleil !

Et c’est parti pour un film Youtube qui vous illumine la journée… Il fallait compter sur les Irlandais, inventeurs du concept de la pluie qui fait du bien, pour trouver une solution pour se fouetter le sang et le moral au cœur de l’hiver. En ce qui me concerne, ce matin, avec Lord of the

Read More

Maman en burn-out

Hier, quand j’ai expliqué à une copine que je n’avais pas emmené mon fils à l’école parce que j’étais trop crevée pour prendre la voiture, j’ai senti comme une légère lueur ironique s’allumer dans son regard.
Une lueur genre « Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaais, quand on est femme au foyer, trop dur de se remettre de son stress entre la manucure et les parties de poker ».

Et pourtant, je vous promets, avec mes ancêtres bretons blindés d’orgueil, âpres à la douleur et résistants au crachin, je ne donne pas avec gaité de cœur dans le fragile, et quand je dis que je suis fatiguée, il faut m’imaginer avec des vertiges.
L’avantage, c’est que hier, par acquis de conscience et pour éliminer les hypothèses hypoglycémie et hypo-magnésium, je me suis enfilé quatre paquets de Maltesers avec bonne conscience.
Mais tout de même, j’ai fait depuis quelques recherches et j’en suis venu à penser que j’étais peut-être en plein burn-out.
Et que le burn-out de la mère au foyer, en dépit d’un livre qui a été écrit sur le sujet, est encore salement sous-estimé.

Maltesers

Rescapé.

Laisser partir son enfant en voyage scolaire

Je viens de donner mon accord de principe pour autoriser ma fille de six ans à partir pour trois jours à Londres.

Et autant, à chaque vacances scolaires, je me pourlèche les babines sur les sites internet de colonies de vacances en rêvant d’y envoyer mon petit amour à coups de pompe dans son joli derche, autant à l’idée de la laisser concrètement s’éloigner de ma tendre et compréhensive affection pour un voyage du côté des buveurs de thé me met le nerf en pelote.
En fait, pour tout dire, I’m stressing quite a little bit right now.

Et pour se détendre l’imagination, rien de tel sur le coup de minuit quand l’insomnie pointe le bout de son vilain nez et que les scénarios catastrophes outre-Channel se déchaînent, rien de tel, donc, que de diriger sa créativité vers quelque chose de plus constructif.
Et me voilà donc à imaginer des fictions sur toile de fond de voyage scolaire et d’Eurostar. On sent tout de suite que la passion et le suspense seront au rendez-vous…

Ma famille

Nous sommes une famille comme les autres !

Davron vaut bien une messe

Ma fille de six ans étant à l’âge des angoisses existentielles, je me suis dit que ce serait sans doute une bonne idée de l’emmener assister à une messe, pour qu’elle constate de visu que sa mère n’était pas la seule tarée à croire que la mort n’était pas forcément une affaire aussi définitive que ce qu’on pouvait bien croire.
Un concept, il faut l’avouer, qui lui paraît à priori plus abscons et improbable que l’existence du lapin de Pâques.

Église de Davron

Mes trucs pour supporter le ciel gris

– je chatouille mes enfants pour déclencher le fameux "saint exupérien" rire de clochettes d’argent. – je bouquine des livres romantiques en VO. Je viens d’apprendre qu’un certain livre porno soft ferait actuellement un tabac ? Je ne vois pas bien pourquoi dans la mesure où TOUS les livres que je lis ont leurs scènes osées.

Read More

Ne jamais demander à GLS de vous livrer un colis pour Noël.

Pour commander l’établi de Noël du petit dernier nous avons donc fait appel à ce transporteur nommé GLS.
Et quand, au bout de dix jours, le traîneau n’apparaissait toujours pas au bout du chemin, je suis allée voir du côté du traçage en ligne.
Et – ho ! ho ! ho !-, surprise, ledit transporteur n’a pas honte de noter une suite d’excuses toutes plus surréalistes les unes que les autres pour justifier son retard.
Je vous laisse juge : à part l’enlèvement par les extra-terrestres, rien n’a été épargné et notre colis tourne donc depuis dix jours autour de Trappes, à vingt kilomètres de chez nous.

Read More

Nouvelle catégorie trucs et astuces

J’ai assez peu écrit ces derniers temps mais il faut dire qu’en plus de mon job de traductrice (et ouiiiiiiiiii, il m’arrive de bosser !), en cette fin d’année bénie de fêtes scolaires et de cirque, je dois faire un déguisement de princesse Égyptienne et onze déguisements de nobles Incas de tous sexes. Modus operandi bientôt en ligne…
Heureusement, en ce qui concerne les Incas, quelques autres mamans se sont proposées pour m’aider : chez moi, on va bientôt faire de l’atelier couture.
Au passage, je donne dans la découverte ethnique et culturelle : les Incas et les Égyptiens, si vous voulez mon avis, ils s’habillaient presque pareil (en plus doré pour les pharaons). Est-ce que quelqu’un s’est déjà penché sur le sujet ou est-ce que je viens de faire une percée dans la connaissance historique ?
En même temps, quand il fait chaud et qu’on n’a pas encore inventé la machine à coudre, je suis d’accord que le pagne s’impose.

Read More

Héroines en pays Moutard

Dimanche dernier, ma fille m’a demandé de démêler un enchevêtrement de fils faits par son pendentif en cristal avec le grappin Playmobil (c) de son frère.
Et j’ai alors tourné sur moi même, chanté un petit air familier aux amateurs de Comics et entonné :
« nanananananananana, bat-mum ! ».
Oui, je sais, c’est plutôt Wonderwoman qui tournait sur elle même mais après deux grossesses, je pense que le noir intégral avec faux pectoraux moulés m’irait mieux que le micro short et je mixe les genres dans le pur intérêt de l’esthétisme. Je vous promets, vous voulez pas voir ça, même en imagination.